Retours sur la journée biodiversité et sylviculture

L’atelier sur la biodiversité et la sylviculture s’est déroulé sur la journée du vendredi 25 octobre, à Saint Thibaud de Couz.

Pour retrouver l’article de présentation de cet événement, cliquez ici.

JPEG - 2.6 Mo

Une vingtaine de participants se sont rassemblés à 10h, devant la salle des fêtes de Saint Thibaud de Couz. La mairie avait gracieusement mis à disposition la salle sur la journée afin que le petit déjeuner et le déjeuner soient servis en salle.

Après un bref rappel du contexte de cet atelier, les participants se sont rendus sur la parcelle de M. Rat Patron, située juste au dessus du hameau des Rat Patron.
Il est le propriétaire des parcelles qui ont pu être parcourues au cours de cette journée, mais pour certaine, la gestion revient à son fils. Ce dernier possède une exploitation de sapin de noël, qu’il fait désherber par 120 moutons, les "Shropshire", une race anglaise. Celle-ci ne mange pas les pousses des sapins et des épicéas ce qui permet un désherbage quasiment parfait et surtout sans produits chimiques. Ce type de pratique a été lancé en France à l’initiative du PNR du Morvan. Cette évocation a été l’occasion d’entrer pleinement dans le sujet du jour : la prise en compte de la biodiversité et de l’environnement.

Présentation de la parcelle du marteloscope

Après avoir parcouru quelques centaines de mètres, les participants sont arrivés sur la parcelle du marteloscope. Cette dernière a été achetée il y a une dizaine d’années, cela faisait plus de quarante ans qu’il n’y avait pas eu de coupe.
Ainsi, il a fallu assurer la régénération en réalisant des ouvertures et donc des coupes.
Cette animation a été mise en place en février 2013 grâce à une collaboration entre :
- le Groupement de Sylviculteurs de Chartreuse qui regroupe plus de 400 adhérents et dont M. Rat Patron est le président
- le CRPF Savoie (Centre Régional de la Propriété Forestière) représenté par son technicien Bruno Viallet.

Les objectifs du marteloscope
Il a pour mission de recevoir les propriétaires forestiers en forêt privée afin de les sensibiliser à la coupe d’arbres et à la façon de gérer un forêt.
Cette installation permet avant tout d’avoir un exemple chiffré du martelage car tous les arbres présents sur la parcelle ont été préalablement numérotés et calibrés.

Comment gérer une forêt ?

JPEG - 2.6 Mo

Il existe aujourd’hui plusieurs modes de gestion ou types de peuplement à savoir :
- le taillis : qui est issu d’une reproduction asexuée ou végétative d’une souche autour de laquelle plusieurs bourgeons latents se développent.
- la futaie régulière  : où l’ensemble du peuplement est issu de plants. Chaque arbre possède un âge, une grosseur et une hauteur identique.
- la futaie irrégulière ou jardinée représente le peuplement le plus présent en Chartreuse. Les essences sont mixtes et les différents stades de croissance des arbres sont représentés.
- la coupe rase est souvent issue d’une plantation artificielle, la coupe est soumise à des normes strictes puisqu’elle consiste à couper la totalité des arbres sur pieds.

La parcelle sur laquelle se situe le marteloscope est une futaie irrégulière mixte c’est à dire qu’elle est composée d’essences de feuillus et de résineux. Ainsi sont essentiellement présents des sapins, des hêtres et quelques châtaigniers, de 0 à 100 ans.

En futaie irrégulière, le principe est de récolter les bois murs (entre 40 et 50 cm de diamètre), éclaircir les bouquets serrés et les bois touchés par des problèmes sanitaires (maladies, parasites).

Quels arbres faut il préserver ?
- les arbres d’avenir : ils ont une belle qualité et une bonne situation dans la parcelle (droit, long, bois de qualité)
- les éducateurs  : ils évitent d’avoir des branches à un autre arbre. En soi, ils n’ont pas d’intérêt particulier mais servent de tuteurs.

Le saviez vous ?
Pour une bonne gestion, les sylviculteurs préconisent de ne pas avoir, en volume, plus de dix fois la hauteur des arbres.

Le plan de gestion est établi par les sylviculteurs sur une dizaine d’années afin de réaliser une programmation des coupes. Les coupes varient essentiellement en fonction du type de peuplement, de la situation de la parcelle, de la demande et du marché mais globalement elles peuvent avoir lieu tous les 6, 7, 8, 10 ans.
Par exemple, en ce moment, la valeur est très soutenue sur le marché pour le sapin, le douglas et l’épicéa.

L’intérêt d’une futaie irrégulière c’est d’avoir différentes essences, d’étages et d’âges différents et donc de garder un capital sur pied. Elle permet ainsi d’avoir :
- un revenu régulier tous 8 à 12 ans,
- une couverture du sol en permanence (limitation de l’érosion),
- les moyens pour lutter contre les maladies ou parasites,
- une régénération naturelle.

L’inconvénient de cette gestion c’est qu’il faut une coupe soignée, afin de ne pas détériorer les arbres voisins potentiellement exploitables dans le temps.

Citation de Roger Rat-Patron
"Les gens n’ont pas l’habitude, ils devraient suivre l’évolution de la forêt pour l’exploitation. Il faut se méfier des jugements attifs, les sylviculteurs ne prennent pas le temps d’expliquer mais souvent, couper les arbres, c’est pour le bien de la forêt".

L’ensemble des parcelles forestières de M. Rat Patron est géré PEFC. Cette certification garantie une gestion durable dans le temps de la forêt mais n’est pas pour autant un gage de qualité.

Travail du Parc sur l’axe Forêt et biodiversité

Fabien Bourhis, chargé de mission au Parc naturel régional de Chartreuse sur le bois a ainsi pu parler des démarches en faveur de la biodiversité, réalisées sur ce territoire.
La forêt représente actuellement de forts enjeux car elle regroupe différents usages. Un des objectifs du Parc de Chartreuse est de faire cohabiter ces usages de la meilleure manière possible.

Le partenariat entre le Parc de Chartreuse, le CRPF Savoie et la SMBRC (Société Mycologique et Botanique de la Région Chambérienne) a favorisé la mise en place d’un programme d’études "Amycoforest" qui a pour objectif de travailler sur les champignons en milieu forestier. Ainsi le Parc de Chartreuse est impliqué dans le travail de gestion forestière à la fois sur les aspects techniques, économiques et environnementaux. Dernièrement, il a mis en place un projet Forêt et Biodiversité sur deux ans qui consiste à faire un état des lieux de la biodiversité en Chartreuse, une sorte de photographie du Massif à un instant t.

Après avoir repris des forces lors du buffet campagnard, les participants sont retournés sur le terrain et se sont mis aux spores !

A la découverte du monde des champignons

Grâce à un partenariat avec la SMBRC (Société Mycologique et Botanique de la Région Chambérienne), le président, Maurice Durand nous a entraîné dans le monde des champignons, sur la parcelle d’études d’Amycoforest appartenant elle aussi à M. Rat Patron.

JPEG - 2.6 Mo

Le monde des champignons est encore très peu connu car leur étude nécessitent une recherche approfondie. En effet, reconnaître un champignon n’est pas facile, d’autant plus quand il peut être quasiment invisible. Le regard des mycologues se portent à environ 90% sur des espèces de types bolets, bien visibles et les 10% restant sur d’autres petites espèces.

Rôles des champignons

On reconnait une belle terre par sa couleur, son aspect, ses espèces, sa densité, etc. Dans le cycle de la vie, le champignon est intégré plusieurs fois, même si son rôle majeur est dans la décomposition de la matière organique.
Il existe deux types de champignons, les mycorhizes qui sont ceux qui vivent en symbiose avec les arbres et les mycéliums qui sont plus ou moins indépendants.

Le mycorhize est un organe mixte, arbre et champignon, constitué de la radicelle de l’arbre et du mycélium du champignon (partie souterraine du champignon). Elle correspond à un lieu d’échanges entre le champignon et l’arbre. Ainsi, chacun profite de l’autre !

JPEG - 2.4 Mo
Le saviez vous ?
- Le cortège fongique correspond aux éléments ou espèces associés qui participent à l’équilibre d’une espèce de champignon.
Toutes les plantes qui vivent sur la planète sont en symbiose avec les champignons.
- Le bois est constitué de cellulose lignine qui est une molécule très importante pour le champignon.

Champignon et règne animal

Le champignon adopte les mêmes comportements que le règne animal. En effet, ce dernier rentre en compétition avec les autres espèces pour accéder à la nourriture et se développer.

Le saviez vous ?
L’ennemi principal du champignon est l’air, le champignon se développe plus facilement sous couvert.

Au terme de cet atelier, les participants ont pu en apprendre plus sur le métier de sylviculteur et le rôle de la forêt notamment en terme de mycologie. La forêt est d’autant plus intéressante pour les champignons car, grâce à son couvert, elle permet le développement des champignons. C’est un milieu intéressant avec de forts enjeux car, contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’écosystème autour du champignon a besoin d’être perturbé pour perdurer.

A noter que le prochain atelier aura lieu le vendredi 22 novembre, sur le site de l’écocentre touristique du col de Marcieu, l’Evasion au Naturel, situé à Saint Bernard du Touvet. L’activité concernée sera le tourisme et les activités de loisirs...(plus d’informations).

Rappel du contexte
Nous vous rappelons que l’atelier de la biodiversité présenté ci-dessus fait partie d’une série de quatre ateliers de la biodiversité. Pour en savoir plus sur ce programme d’actions, vous pouvez consulter l’article de présentation.


- Si vous souhaitez soutenir les actions de notre association, n’hésitez pas à adhérer en complétant le formulaire ICI.

- Pour toute information ou toute demande CONTACTEZ NOUS ICI.